jeudi 14 août 2014

FAHRENHEIT 451 de François Truffaut (GB-1966)

 

Fahrenheit 451 est un film britannique de science-fiction réalisé par le cinéaste français François Truffaut, sorti en 1966, unique film de Truffaut entièrement tourné en anglais. Il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de Ray Bradbury. Ce livre, publié en 1953, décrit un état totalitaire qui, pour pouvoir gouverner à sa guise ses concitoyens, leur interdit de lire et pourchasse impitoyablement les détenteurs de livres pour brûler leur bibliothèque.

Synopsis

Le héros, Montag, est un pompier et, à la différence des pompiers que nous connaissons, sa fonction est de trouver et de détruire les livres par le feu. Un jour, la vie de Montag bascule lorsqu'il épargne un puis plusieurs livres et qu'il se met à les lire.
Dénoncé par sa propre épouse qui s'abrutit à regarder des séries télévisées ineptes soi-disant interactives (préfigurant la téléréalité de notre sympathique époque), il devient un traître pour sa hiérarchie et doit s'enfuir chez les "hommes-livres", des résistants vivant dans la nature en marge de la société et qui, chacun, apprennent par cœur un livre, devenant ce livre. Montag va ainsi rencontrer la Vie d'Henri Brulard de Stendhal, La république de Platon ou Les chroniques martiennes, le chef d'œuvre absolu de... Ray Bradbury.

Distribution

  • ·         Oskar Werner : Guy Montag
  • ·         Julie Christie : Clarisse/Linda Montag
  • ·         Cyril Cusack : le capitaine

Mon jugement sur ce film

François Truffaut a fait de cette histoire un film saisissant qui est, à part quelques adaptations mineures, très respectueux du roman.

Un film visionnaire dont le succès n'a évidemment pas été, lors de sa sortie, au rendez-vous. Le sujet d'un monde totalitaire a été aussi traité dans d'autres films comme par exemple dans Equilibrium de Kurt Wimmer (2002) avec Christian Bale (où les sentiments sont interdits), ou dans le film français Furia d'Alexandre Aja avec Stanislas Merhar (2000) (où toute expression artistique est, elle aussi, impitoyablement réprimée.)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, chers lecteurs, seront les bienvenus. Ils ne seront toutefois publiés qu'après modération et seront systématiquement supprimés s'ils comportent des termes injurieux, dans le cas de racisme, de caractère violent ou pornographique. Si vous souhaitez une réponse, n'envoyez pas un message anonyme mais laissez un nom ou un pseudo auquel je puisse vous contacter.