samedi 15 février 2014

LA VOLEUSE DE LIVRES


La Voleuse de livres (The Book Thief) est un film dramatique américano-allemand réalisé par Brian Percival, sorti en 2013. Il s'agit de l'adaptation du roman du même nom écrit par l'Australien Markus Zusak en 2005.

Synopsis

L’histoire se déroule dans un village imaginaire d’Allemagne nommé Molching, censé se situer dans la région de Munich, tout près du camp d’extermination de Dachau. Elle commence en janvier 1939 et dure jusqu’à la fin de la guerre.
Le narrateur du livre (et du film, qui est très fidèle au roman) est la Mort. On ne « la » (« le », puisque, dans le film, la Mort a adopté une voix d’homme) voit jamais mais elle est omniprésente tout au long du film. La Mort s’attache à nous conter, avec un humour noir et un cynisme bien particulier, le destin d’une fillette du nom de Liesel Meminger. 
Au tout début du film, un train traverse une campagne enneigée. A l’intérieur, une femme est assise sur une banquette en compagnie de deux enfants, Liesel et son frère, un jeune garçon du nom de Werner. Werner meurt d’épuisement pendant le trajet et il est enterré au bord de la voie. Au moment où le cortège s’éloigne de la tombe, un livre s’échappe de la poche du jeune garçon qui fait office d’aide du fossoyeur et Liesel le ramasse et le cache sur elle. Comme elle ne sait pas lire, on ne connaîtra que plus tard le contenu du livre : il s’agit du « Manuel du fossoyeur ».
À son arrivée à Molchning, au 33 rue Himmel, Liesel rencontre ses parents adoptifs, Hans et Rosa Hubermann. Hans est peintre en bâtiment sans travail et Rosa apparaît d’abord comme une mégère qui travaille comme lavandière pour les habitants plus riches de Molching, qu'elle déteste. Liesel rencontre aussi ses nouveaux camarades d'école, en particulier Rudy Steiner, un voisin de la Rue Himmel, qui deviendra son meilleur ami. Rudy admire l'athlète afro-américain Jesse Owens, l'un des meilleurs sprinteurs de l'entre-deux-guerres, quadruple médaillé d'or aux Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin, auquel Hitler a refusé de serrer la main parce qu'il était noir. Rudy s'enduit de charbon et tente d'imiter son idole en courant un cent mètres sur Hubert Oval.
Chaque nuit, Liesel est réveillée vers les 2 heures du matin par un terrifiant cauchemar où elle voit son petit frère mort à côté d'elle dans le wagon de chemin de fer qui les amenait à Molching. Et chaque nuit, Hans Hubermann, son "nouveau" père, vient à son chevet pour la rassurer et la câliner et reste auprès d'elle le reste de la nuit. Il lui joue parfois de l'accordéon, et plus tard, ils profiteront tous deux de ces longues heures nocturnes pour apprendre à Liesel à lire, en commençant par le seul bien que Liesel possède, le Manuel du Fossoyeur, premier "vol" d'une série de nombreux autres (d'où le titre « The book thief »).
Liesel grandit et s’habitue à sa nouvelle famille. Après Le Manuel du Fossoyeur, la seconde acquisition de Liesel est le livre qu'elle sauve des flammes de l'autodafé organisé par les nazis pour l'anniversaire du Führer. Son 3ème livre lui fut offert par le fils des Hubermann, fidèle supporter du parti nazi, venu rendre visite à ses parents. Il s'agissait de rien d'autre que de "Mein Kampf". 
Un jour, Max Vandenburg, un jeune homme juif, fils d'un ancien camarade de tranchées de Hans Hubermann, se réfugie chez eux et ils le cachent dans leur cave. Une grande amitié se noue entre Liesel et Max. Max lui offre un livre "blanc" confectionné en recouvrant de peinture blanche les pages de « Mein Kampf ».
Au fur et à mesure que le roman se développe, la ville de Molching est menacée par les bombardements et les autorités allemandes recherchent des caves pour protéger les habitants. Lors des bombardements, Liesel lit à haute voix ses livres à ses voisins pour les réconforter. Lors d'une visite des caves par les nazis, Max est à deux doigts d'être découvert et, pour préserver ses bienfaiteurs, il décide de s'enfuir. 
Liesel devait elle-même écrire son dernier livre, qu’elle intitula « La Voleuse de Livres » en utilisant le cadeau que lui avait fait Max.
Mais un jour, les sirènes sonnent trop tard et la plupart des habitants de la Rue Himmel sont tués pendant leur sommeil. Liesel, qui s'était enfermée dans la cave des Hubermann pour écrire sa propre histoire, est épargnée. Lorsqu'elle est extraite des décombres, hébétée mais sans aucune blessure, elle découvre que ses parents adoptifs font partie des victimes, ainsi que tous ceux qu'elle connaissait dont Rudy, auquel elle donnera enfin le baiser qu’elle s’était toujours jusque là refusé à lui donner.
Miraculeusement et ironiquement, Max survit à son internement dans les camps de concentration et il retrouve Liesel quelques années plus tard, alors qu'elle travaille à la boutique d'Alex Steiner, le père de Rudy qui a, lui aussi survécu.
L'histoire prend fin à Sydney dans l'appartement de Liesel où l'on retrouve les souvenirs de son existence à Molching, dont son livre et l'accordéon de son père adoptif qu'elle avait sauvé des décombres. La Mort nous apprend qu'après la guerre, Liesel a émigré en Australie, qu'elle s'y est mariée, a eu des enfants et a vécu sereinement jusqu'à un âge avancé.

Mon opinion sur le film

J’avais lu le roman et il m’avait, bien entendu, profondément marqué.  Je ne l’aurais certainement pas acheté et sans doute jamais lu si un parent d’élèves ne m’en avait fait cadeau en version originale. D’abord dérouté comme, je pense, l’ont été plus d’un lecteur, j’ai été scotché jusqu’à la dernière ligne. J’ai appris, après coup que ce livre avait obtenu un succès international puisqu'il devint numéro un des ventes aux États-Unis, ainsi qu'au Royaume-Uni dans les deux éditions (adulte et jeunes adultes) peu de temps après leurs sorties respectives. Les critiques ont salué l'aspect déconcertant du récit et les valeurs qu'il défend contre la barbarie comme l'importance des liens familiaux, l'amitié, la solidarité humaine et la puissance des livres.

Le film est très fidèle au roman, même s’il fait l’impasse sur quelques épisodes secondaires. Les images et la musique (de John Williams) sont sobres, à part, peut-être au moment du bombardement final. Mais j’ai trouvé que le film manquait de rythme et j’ai eu, je dois le reconnaître, des passages à vide durant lesquels j’ai regardé plusieurs fois ma montre, ce que je fais rarement lors d’une projection. Je ne pense pas qu’il ait eu beaucoup de succès auprès du public que ne connaissait pas le livre. Je n’ai lu sur lui aucune critique et n’aurais même pas su qu’il passait au cinéma si je n’étais tombé dessus par hasard. 

mardi 4 février 2014

DECES DE PHILIP SEYMOUR HOFFMAN


 Philip Seymour Hoffman était né le 23 juillet 1967 à Fairport (État de New York, États-Unis). On l’a  retrouvé mort dimanche 2 février 2014 dans son appartement new-yorkais, vraisemblablement des conséquences d’une overdose d’héroïne. Il n’avait que 46 ans.

C’était un acteur exceptionnel.  On se souviendra de lui pour son interprétation de Truman Capote, dans le biopic du même nom réalisé par Bennett Miller en 2005. Pour ce rôle, il avait reçu l'Oscar du meilleur acteur ainsi qu'un Golden Globe.

Il excellait aussi dans les seconds rôles. Je l’avais découvert, en 1999, dans le rôle de Freddie Miles, dans le film tiré du roman de Patricia Highsmith, "Le Talentueux Mister Ripley" puis, en 2008, dans le rôle de Gust Avrakotos, où il jouait le rôle d’un agent de la CIA totalement blasé dans «La guerre selon Charly Wilson ». Je l’avais aussi beaucoup apprécié en 2009, dans le rôle du Comte dans la comédie décoiffante "Good Morning England" de Richard Curtis, où il interprètait un personnage excentrique et égocentrique dans les années rock'n'roll, aux côtés de Rhys Ifans et Bill Nighy. 

Par contre, je n’avais pas du tout aimé le seul film qu’il ait réalisé et dans lequel il jouait, Rendez-vous l’été prochain  (2010)

Son dernier rôle fut celui de Plutarch dans le deuxième volet de la trilogie Hunger Games,  personnage qui aurait pris encore plus d’importance dans le dernier épisode de la saga.