vendredi 21 juin 2013

ODYSSEUS (2ème partie) : UNE FARCE TRAGIQUE !

20/06/2013

Je me suis astreint à regarder hier soir la 2ème partie d'Odysseus en espérant qu'elle rattraperait un début décevant. 

Malheureusement, il n'en a rien été, bien au contraire. Dans cette 2ème partie, les scénaristes se sont encore plus éloignés du texte originel : le premier épisode montrait les prétendants ayant pris le pouvoir par la force à Ithaque, massacrant les alliés de Télémaque et de Pénélope, ripaillant et violant les servantes à qui mieux-mieux, enfermant le prince, la reine et Mentor dans des cages (!), décidés à les exécuter le lendemain matin. Entre temps, Léocrite étant allé chercher du renfort auprès de Ménélas, il revient avec la flotte de Sparte (dans l'Odyssée, c'est Télémaque qui s'en va auprès de Nestor à Pylos puis de Ménélas à Sparte).  Ulysse, rejeté par la mer sur l'une des côtes d'Ithaque assiste, sans se faire reconnaître, au combat singulier qu'est forcé de livrer le jeune Télémaque contre Liodès, un guerrier éprouvé (là encore, on imagine mal qu'un père, un roi, puisse assister sans lever le petit doigt, à un combat où se joue l'avenir de son royaume.) Le massacre des prétendants, l'un des épisodes les plus glorieux (et les plus théâtraux) de l'Odyssée, est reporté à plus tard et expédié comme une énième bagarre à peine plus notable que toutes celles auxquelles se livrent les prétendants dans les épisodes précédents... Le comble du ridicule est atteint dans la scène où Ulysse demande à son fils de le laver en utilisant un strigile (les strigiles étaient utilisés par les athlètes non pour se laver mais pour ôter la poussière collée par l'huile dont on s'enduisait la peau après une compétition sportive !) Mais ce n'est qu'un exemple ! 

Inutile de dire que rien de tout cela n'est dans l'Odyssée. On se demande ce qui a pu passer par la tête du  scénariste, Frédéric Azémar, et du réalisateur, Stéphane Giusti, pour dénaturer à ce point un texte magnifique, dont l'écriture, à la fois poétique et épique (et extrêmement moderne !) se suffit à elle-même et qui nul besoin d'être réécrit par des barbares ignorants des mœurs de la Grèce archaïque et de la déférence de son peuple envers les règles et les dieux. 

En effet, avec Odysseus, si on ne dépasse pas les sommets de ridicule atteints par le mauvais remake des Rois Maudits que nous donna en 2005 Josée Dayan, on n'en est pas loin ! Je suis désolé pour les acteurs (je pense en particulier au jeune Niels Schneider/Télémaque et à la sublime Caterina Murino/Pénélope) qui méritaient mieux que cette farce tragique.

Ce qui est sûr, c'est que je me garderai bien de perdre mon temps à regarder la 3ème partie d'Odysseus !

mardi 18 juin 2013

Matt DAMON (Acteur américain)


Matthew Paige Damon, dit Matt Damon, est né le 8 octobre 1970 à Cambridge, dans le Massachusetts. Il est de nationalité américaine.

Matt Damon fut révélé par le film Will Hunting (1997) dont il avait écrit le scénario avec son copain Ben Affleck.

Vie personnelle

Ses parents ont divorcé alors qu’il n'avait que deux ans. Avec son frère Kyle, il a été élevé par sa mère et grandit à Boston. Il est devenu ami, à l’âge de dix ans, avec Ben Affleck, lui aussi issu de parents divorcés et habitant la même ville. Ils n’ont depuis jamais cessé d’être amis et ont écrit ensemble le scénario de Will Hunting, leur premier grand succès. Matt Damon a des ancêtres anglais, écossais, finlandais, et suédois. Marié en 2005, il est père de quatre filles.

Matt Damon s'est sincèrement engagé pour défendre plusieurs causes caritatives. En 2009, il a créé une association à but non lucratif, Water.org, dont le but est de développer l'accès à l'eau potable en Afrique.

Carrière

Dès son adolescence, il suit des cours de théâtre et, après des études littéraires à Harvard, Matt Damon se produit sur les planches, où il connaît son premier succès dans la pièce The Speed of Darkness de Steve Tesich.

Au début, Matt Damon se contenta de rôles de figurants avant de trouver des seconds rôles :

- en 1988 : Mystic Pizza de Donald Petrie, aux côtés de Julia Roberts et Geronimo de Walter Hill.
- 1992 : School ties (La différence) aux côtés de Ben Affleck, Brendan Fraser, Chris O'Donnell....
- En 1993, il perce dans À l'épreuve du feu d'Edward Zwick avec Meg Ryan.

À cette époque, ne décrochant pas le grand rôle qu’il espérait, il décida de s’écrire un rôle sur mesure. Pour cela, il fait appel à son ami de toujours Ben Affleck. Ils commencent alors l’écriture d’un scénario racontant l’histoire d’un génie vivant dans la banlieue pauvre de Boston. Entre-temps, Francis Ford Coppola fait appel à lui pour revêtir le costume d’un jeune avocat idéaliste dans L'Idéaliste, d'après un roman de John Grisham, en 1997. Les studios Miramax achètent le scénario écrit par Affleck et Damon. Le film deviendra Will Hunting (1997), réalisé par Gus Van Sant qui obtint un succès commercial et de multiples prix dont l'Oscar du meilleur scénario original et l'Ours d'argent au Festival de Berlin. Ce film propulsa aussi les deux acteurs, alors presque inconnus, au rang de vedettes.

Après le tournage de Will Hunting, Matt Damon fut très sollicité : Steven Spielberg lui proposa d’incarner le soldat Ryan dans Il faut sauver le soldat Ryan (1998), puis il interprète Tom Ripley dans Le Talentueux Mr Ripley (d'Anthony Minghella, 1999). Il enchaîne ensuite avec Les Joueurs de John Dahl (1999) puis Dogma de son ami Kevin Smith (1999).

Ce qui donne à la carrière de Matt Damon un aspect si irrégulier, alternant les comédies, les drames, les grosses productions et les films indépendants, ce sont ses rencontres.

Après le tournage de Will Hunting, il devint l'ami de Gus Van Sant. En 2000, il fait une apparition dans À la rencontre de Forrester. Deux ans plus tard, en 2002, leur collaboration reprend pour Gerry, film sur l’errance, racontant l’histoire de deux hommes perdus dans la Vallée de la Mort. Le film, quasi expérimental, est écrit par Damon et Casey Affleck, le petit frère de Ben. Si Matt Damon est ami avec les deux frères Affleck, ils n’en sont pas moins compagnons de travail. Leur statut d’acteurs vedettes leur permet de promouvoir les jeunes talents en développant des concours de scénaristes et en produisant des jeunes réalisateurs.

Matt Damon retrouve Casey Affleck sur scène à Londres dans This is Our Youth puis en 2001 dans Ocean's Eleven et marque ainsi son entrée dans le cercle de Steven Soderbergh et de George Clooney. Il apparaît d'ailleurs (le temps d'un clin d'œil) avec Brad Pitt dans la première réalisation de George Clooney, Confessions d'un homme dangereux (2002).

En 2002, Matt Damon est la voix de Spirit dans le dessin animé de DreamWorks Spirit, l'étalon des plaines. La même année, Matt Damon est pour la première fois le héros d’un film d'action. Il incarne Jason Bourne dans La Mémoire dans la peau, adaptation du roman éponyme de Robert Ludlum. Les résultats au box-office sont excellents et une suite sort en 2004 : La Mort dans la peau. Damon retrouve ensuite Brad Pitt et George Clooney en 2004 dans Ocean's Twelve et en 2007 dans Ocean's Thirteen. En 2004, sa collaboration avec Clooney se poursuit une nouvelle fois puisqu’il tourne dans Syriana de Stephen Gaghan.

Ce retour en grâce, après une série de bides commerciaux, lui permet de cumuler les projets. Ainsi, en 2004, il tourne non seulement avec Steven Soderbergh, mais il est dirigé par Terry Gilliam dans le navet Les Frères Grimm et par les frères Farrelly dans la comédie Deux en un. On le retrouve ensuite en flic bostonien en 2006, dirigé pour la première fois par Martin Scorsese auprès de Jack Nicholson, Leonardo DiCaprio, Mark Wahlberg, Alec Baldwin et Vera Farmiga dans Les Infiltrés.

En 2007, il joue dans La Vengeance dans la peau qui clôt la trilogie de Jason Bourne. Il est aussi le personnage principal de Raisons d'État (The Good Shepherd), réalisé par Robert De Niro.

En 2009, il retrouve une nouvelle fois Steven Soderbergh pour The Informant. Dans ce film inspiré de faits réels, il interprète Mark Whitacre, un informateur du FBI au sein d'une grande société d'agroalimentaire.

Les fans de Jason Bourne s'attendaient, fin 2009, à retrouver leur héros avec la paire Damon-Greengrass, mais de peur de produire un film au scénario décevant, ce fut un autre genre qui fut tourné. Matt Damon interprète le rôle d'un commandant d'une unité militaire basée en Irak en 2003 chargé de trouver des armes de destruction massive, dans ce film intitulé Green Zone.

En 2010, il collabore à nouveau avec Clint Eastwood pour le drame Au-delà, un an après Invictus dans lequel il incarnait le rugbyman sud-africain Francois Pienaar. Il travaille ensuite pour la première fois avec les frères Coen pour le western True Grit, avec Jeff Bridges, Josh Brolin et la jeune Hailee Steinfeld.

Il tourne ensuite dans L'Agence, un film de science-fiction, sorti en mars 2011 en France.

Filmographie

Cinéma
  • 1988 : Mystic Pizza de Donald Petrie : Steamer
  • 1988 : Le Prix de la passion (The Good Mother) de Leonard Nimoy : Un figurant
  • 1989 : Jusqu'au bout du rêve (Fields of Dreams) de Phil Alden Robinson : Un supporter de baseball
  • 1992 : La Différence (School Ties) de Robert Mandel : Charlie Dillon
  • 1993 : Geronimo (Geronimo: An American Legend) de Walter Hill : Le sous-lieutenant Britton Davis
  • 1996 : Une virée d'enfer (Glory Daze) de Rich Wilkes : Edgar Pudwhacker
  • 1996 : À l'épreuve du feu (Courage Under Fire) d'Edward Zwick : Le sergent Ilario
  • 1997 : Will Hunting (Good Will Hunting) de Gus Van Sant : Will Hunting
  • 1997 : L'Idéaliste (The Rainmaker) de Francis Ford Coppola : Rudy Baylor
  • 1997 : Méprise multiple (Chasing Amy) de Kevin Smith : Shawn Oran
  • 1998 : Les Joueurs (Rounders) de John Dahl : Mike McDermott
  • 1998 : Il faut sauver le soldat Ryan (Saving Private Ryan) de Steven Spielberg : Le soldat de 2e classe James Francis Ryan
  • 1999 : Le Talentueux Mr. Ripley (The Talented Mr. Ripley) d'Anthony Minghella : Tom Ripley
  • 1999 : Dogma de Kevin Smith : Loki
  • 2000 : À la rencontre de Forrester (Finding Forrester) de Gus Van Sant : Steven Sanderson (caméo)
  • 2000 : De si jolis chevaux (All the Pretty Horses) de Billy Bob Thornton : John Grady Cole
  • 2000 : La Légende de Bagger Vance (The Legend of Bagger Vance) de Robert Redford : Rannulph Junuh
  • 2001 : Ocean's Eleven de Steven Soderbergh : Linus Caldwell
  • 2001 : Jay et Bob contre-attaquent (Jay and Silent Bob Strike Back) de Kevin Smith : Lui-même / Will Hunting
  • 2002 : Confessions d'un homme dangereux (Confessions of a Dangerous Mind) de George Clooney : Matt, un candidat du Dating Game (caméo)
  • 2002 : La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity) de Doug Liman : Jason Bourne
  • 2002 : Gerry de Gus Van Sant : Gerry
  • 2002 : Une soirée parfaite (The Third Wheel) de Jordan Brady : Kevin
  • 2003 : Deux en un (Stuck on You) de Peter et Bobby Farrelly : Bob Tenor
  • 2004 : Ocean's Twelve de Steven Soderbergh : Linus Caldwell
  • 2004 : La Mort dans la peau (The Bourne Supremacy) de Paul Greengrass : Jason Bourne
  • 2004 : Père et Fille (Jersey Girl) de Kevin Smith : Un directeur de la communication
  • 2004 : Eurotrip (EuroTrip) de Jeff Schaffer : Donny
  • 2005 : Syriana de Stephen Gaghan : Bryan Woodman
  • 2005 : Les Frères Grimm (The Brothers Grimm) de Terry Gilliam : Wilhelm Grimm
  • 2006 : Raisons d'État (The Good Shepherd) de Robert De Niro : Edward Wilson (rôle basé sur James Angleton)
  • 2006 : Les Infiltrés (The Departed) de Martin Scorsese : Le sergent Colin Sullivan
  • 2007 : Ocean's Thirteen de Steven Soderbergh : Linus Caldwell
  • 2007 : La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum) de Paul Greengrass : Jason Bourne
  • 2007 : L'Homme sans âge (Youth Without Youth) de Francis Ford Coppola : Ted Jones, un reporter de Life
  • 2008 : Che, 2e partie : Guerilla (Che Part 2: Guerrilla) de Steven Soderbergh : Schwartz, le prêtre allemand
  • 2009 : The Informant! de Steven Soderbergh : Mark Whitacre
  • 2009 : Invictus de Clint Eastwood : Francois Pienaar
  • 2010 : Green Zone de Paul Greengrass : le commandant Roy Miller
  • 2010 : Au-delà (Hereafter) de Clint Eastwood : George Lonegan
  • 2010 : True Grit de Joel et Ethan Coen : Le Texas Ranger LaBoeuf
  • 2011 : L'Agence (The Adjustment Bureau) de George Nolfi : David Norris
  • 2011 : Contagion de Steven Soderbergh : Mitch Emhoff
  • 2011 : Margaret de Kenneth Lonergan : Aaron Caije
  • 2011 : Nouveau Départ (We Bought a Zoo) de Cameron Crowe : Benjamin Mee
  • 2012 : Promised Land de Gus Van Sant : Steve Butler
  • 2013 : Elysium de Neill Blomkamp : Max
  • 2013 : Ma vie avec Liberace de Steven Soderbergh
  • 2014 : Zero Theorem (The Zero Theorem) de Terry Gilliam : Management
  • 2014 : Monuments Men (The Monuments Men) de George Clooney : James Granger (rôle basé sur James J. Rorimer)
  • 2014 : Interstellar de Christopher Nolan : Le Dr Mann
  • 2015 : Seul sur Mars (The Martian ) de Ridley Scott : Mark Watney
  • 2016 : Jason Bourne de Paul Greengrass : Jason Bourne
  • 2016 : La Grande Muraille (The Great Wall, 長城) de Zhang Yimou
  • 2017 : Downsizing d'Alexander Payne (en pré-production)


LE TALENTUEUX MR. RIPLEY d'Anthony Minghella (USA-1999)

[Post repris de 13/08/2009]


The talented Mr. Ripley (Le talentueux Mr. Ripley) est un film américain, réalisé par Anthony Minghella,  sorti en 1999. Il est adapté du best-seller éponyme de Patricia Highsmith. A 40 ans de distance, deux films ont été tirés de ce roman : Plein soleil de René Clément (avec Alain Delon, Maurice Ronet et Marie Laforêt) et  celui-ci avec Matt Damon et Jude Law.

Synopsis

L'histoire commence à New-York où Tom Ripley (Matt Damon), un étudiant sans le sou, rencontre, lors d'une soirée chez des amis communs, Herbert Greenleaf, un riche armateur. M. Greenleaf prend Tom pour un ami d'université de son fils, Dickie, et Tom ne le détrompe pas. Tom est ensuite invité chez les Greenleaf où par son aisance, sa culture et ses bonnes manières, il parvient sans difficulté à entrer dans l'intimité de cette famille de gens fortunés. 

Depuis plusieurs mois, Dickie vit une vie de bohème en Italie, dans un village de pêcheurs du nom de Mongibello, sur la côte Amalfitaine. Son père n'en a de nouvelles que lorsque Dickie manque d'argent. M. Greenleaf voudrait que Dickie revienne en Amérique pour travailler avec lui. Il propose à Tom  de se rendre en Italie, tous frais payés, pour convaincre son fils de rentrer aux Etats-Unis. Pour Tom qui, toute sa vie, a rêvé de l'Italie, l'occasion est trop belle. Il accepte la proposition de M. Greenleaf et part pour l'Italie. A son arrivée à Mongibello, il trouve Dickie en compagnie de son amie Marge Sherwood (Gwyneth Paltrow). dans un premier temps, l'accueil que réserve Dickie à Tom est plutôt frais mais, en partie par pitié, en partie par ennui et aussi à la gentillesse de Marge, il accueille Tom chez lui et ils finissent par devenir d'inséparables amis. C'est du moins ce que veut croire Tom jusqu'à ce, qu'en enfant gâté qu'il est, Dickie le rejette comme on le ferait d'un kleenex usagé.

Tom, blessé dans son amour propre et se sentant trahi dans son amitié par une énième méchanceté gratuite de Dickie, le tue dans un accès de rage. Comme ils se ressemblent physiquement, Tom, usurpant l'identité de Dickie, se fait passer pour lui. Il doit ensuite donner le change et, lorsqu'il est sur le point d'être démasqué par l'horrible Freddie Miles (inquiétant Philip Seymour Hoffman), moins facile à tromper que la crédule Marge, il le tue lui aussi, tout en détournant les soupçons de la police sur Dikkie.  

Mon opinion sur ce film

Pour moi, ce film est un chef d'oeuvre, bien plus réussi que le roman original de Patricia Highsmith qui pèche par de nombreuses incohérences. Soutenu par des acteurs brillants (le talent de mimétisme de Matt Damon est véritablement impressionnant), par des paysages magiques (la côte amalfitaine, la Riviera, Venise), ainsi qu'une bande son remarquable : il faut savoir que, lors de la scène de "bœuf" dans une boîte de jazz, ce sont les deux acteurs, Jude Law et Matt Damon, qui interprètent sans aucun doublage plusieurs chansons. C'est un des grands moments de ce film où la musique joue un rôle primordial.

 Mon classement : 5/5 (Un pur chef d'oeuvre)


Le film existe en DVD. Je vous conseille, si vous en avez la possibilité, de le regarder dans la langue originale. 

lundi 17 juin 2013

Niels SCHNEIDER (Acteur franco-canadien)


Niels Schneider, né à Paris le 18 juin 1987, est un acteur franco-canadien.

Il est issu d’une famille de comédiens. Il a ses premiers contacts avec le théâtre en accompagnant son père dans les coulisses des spectacles dirigés par ce dernier. En 1996, il arrive au Québec où il connaît sa première expérience d'acteur en faisant des doublages.

En 2003, sa vie se trouve bouleversée par la perte de son frère, Vadim, plus âgé de 16 mois et comédien-vedette de la série 15/A. Malgré ce terrible coup du sort, Niels ne se désintéresse pas de la comédie et décroche, trois  mois plus tard, le rôle d’Harold dans la pièce Harold et Maude. L’année suivante, il joue dans 15/A, la même série où jouait  son frère, puis les rôles au théâtre s’enchaînent pour lui : Le Procès de Kafka, Les sept Portes de Botho Strauss et Mais n'te promène donc pas toute nue ! de Feydeau.

Il incarne son premier rôle au cinéma en 2008 en interprétant le personnage de Sacha dans Tout est parfait de Yves-Christian Fournier. Par la suite, il joue dans les films de Xavier Dolan dont il devient un des acteurs fétiches. En 2010, il joue aux côtés de Monia Chokri et Xavier Dolan dans le second long métrage de ce dernier, Les Amours imaginaires. Son interprétation lui donnera une grande visibilité et lui vaudra d'obtenir, des mains de Robert De Niro, le trophée Chopard en tant que Révélation de l'année au festival de Cannes (2011).

En septembre 2011, il apparaît dans le clip Adieu de Cœur de pirate.

Il joue actuellement le rôle de Télémaque dans la série Odysseus en cours de diffusion sur Arte.

Filmographie
Cinéma
  • 2007 : Le Goût du néant de Pascal Robitaille — Ami de Julien
  • 2008 : Tout est parfait de Yves-Christian Fournier — Sacha
  • 2009 : La neige cache l'ombre des figuiers de Samer Najari — Sacha adulte
  • 2009 : J'ai tué ma mère de Xavier Dolan — Éric
  • 2009 : À vos marques... party! 2 de Frédéric D'Amours — Frère d'Anna
  • 2010 : Les Amours imaginaires de Xavier Dolan — Nicolas
  • 2011 : The Howling Reborn de Joe Nimziki — Roland
  • 2012 : L'Âge atomique d'Helena Klotz
  • 2013 : Les Rencontres d'après minuit de Yann Gonzalez — Matthias
  • 2013 : Désordres d'Étienne Faure —
  • 2013 : Opium d'Arielle Dombasle - Maurice Sachs
  • 2014 : Gemma Bovery d'Anne Fontaine - Hervé
  • 2014 : Une rencontre de Lisa Azuelos - Hugo
  • 2015 : L'Antiquaire de François Margolin - Klaus
  • 2016 : Le Cœur régulier de Vanja d'Alcantara - Nathan
  • 2016 : Diamant noir de Arthur Harari - Pier Ulmann
  • 2016 : Polina de Angelin Preljocaj - Adrien
  • 2017 : Dalida de Lisa Azuelos - Jen Sobiewski
Télévision
  • 2010 : Virginie — Cédérick
  • 2012 : Clash série en 6 épisodes de Pascal Lahmani — Raphaël
  • 2012 : Un autre monde de Gabriel Aghion —
  • 2013 : Odysseus de Stéphane Giusti — Télémaque

Clip musical
  • 2011 : Adieu de Cœur de pirate
  • 2013 : Cardiocleptomania de Logo, réalisé par Alice et Virgile




  • 2016 :¨Participation au clip publicitaire pour le café Carte Noire sur la musique Ocean du groupe toulousain Kid Wise (album Innocence); le réalisateur du clip, tourné à Paris, est Luca Guadagnino.  

Jean-Baptiste MAUNIER (Acteur français)


Jean-Baptiste MAUNIER

            Jean-Baptiste Maunier, né le 22 décembre 1990 à Lyon dans le Rhône, est un chanteur et acteur français révélé par le film Les Choristes.
            Ses parents, Muriel et Thierry Maunier, sont journalistes. Il a un frère cadet prénommé Benjamin, né en 1995. Jean-Baptiste Maunier passe sa jeunesse à Sainte-Foy-lès-Lyon dans la banlieue lyonnaise, et fait ses débuts en 6ème en tant que soliste dans la chorale des Petits Chanteurs de Saint-Marc, dirigée par Nicolas Porte.
            En 2004, il a été repéré pour jouer dans son tout premier long-métrage Les Choristes de Christophe Barratier. Il y incarne le rôle principal, celui de Pierre Morhange, aux côtés de Gérard Jugnot. Il interprète également la bande originale du film, dont 800 000 albums ont été  vendus en France. La notoriété obtenue grâce au film lui a valu d’interpréter également la reprise du Concerto pour une voix, composé dans les années 60 par Saint-Preux, adapté pour deux voix et interprété avec Clémence Saint-Preux, la fille du compositeur qui, sans renouveler le succès du tube de Saint-Preux, lui apporte une nouvelle jeunesse. 
            Après Les Choristes, Jean-Baptiste Maunier quitte la chorale et participe aux concerts des Enfoirés à partir de 2005. Parallèlement, il se lance dans une carrière cinématographique :  il joue le personnage du jeune Robert dans le téléfilm en quatre épisodes Le Cri sous la direction d'Hervé Baslé en 2006 pour France 2, et tourne aux côtés de Nicolas Duvauchelle et de Clémence Poésy et Malik Zidi dans Le Grand Meaulnes de Jean-Daniel Verhaeghe.  Il prête aussi sa voix à Saxo dans le film d'animation Piccolo, Saxo et Cie.
            En 2007, il interprète le rôle de Sid dans le film Hellphone, de James Huth, réalisateur de Brice de Nice. La même année, il interprète également Octave dans L'Auberge rouge de Gérard Krawczyk, une reprise du fameux classique de Claude Autant-Lara avec Fernandel (1951). Il y il retrouve Gérard Jugnot ainsi que Christian Clavier et Josiane Balasko.
            En 2008, Jean-Baptiste étudie au sein du Lee Strasberg Theatre Institute, une prestigieuse école de comédie à New York. En 2010, il joue dans un épisode de Plan Biz, avec Samy Seghir.
            En 2011, il participe une fois de plus à la tournée des Enfoirés et prête son image à une campagne de publicité pour le jeu Pokemon. En 2012, il avoue travailler sur son premier album, dont la date de sortie est encore inconnue. Il participe également au tournage d'un nouveau film, nommé Perfect Baby.
          Il fera ses débuts au théâtre en septembre 2013 en jouant dans une pièce "La chanson de l'éléphant" de Nicolas Billon, reprise d'une pièce créée en 2005 (première le 4/9/2013 au Théâtre du Petit Montparnasse à Paris). La pièce se déroule dans le milieu psychiatrique et Jean-Baptiste Maunier y jouera le rôle d'un patient à la personnalité trouble, à fois victime et bourreau. 

HELLPHONE Film de James HUTH (FR-2006)

[Critique publiée à l'origine le 17/7/2009]


Comédie fantastique française de James Huth (2006). Avec Jean-Baptiste Maunier. 

Sybopsis

Skater fan d'AC/DC, en terminale au lycée Henri-IV, Sid (Jean-Baptiste Maunier) rêve d'avoir, comme ses copains friqués, un téléphone portable. Avec lui, il pourra séduire Angie (Jennifer Dekker), sublime jeune fille fraîchement débarquée de New York, pendue pour l'instant au bras de Virgile (Vladimir Consigny), le playboy de l'école. Mais le téléphone que Sid achète dans cet étrange bazar chinois se révèle avoir d'étranges pouvoirs...

Hellphone a choisi Sid. L'amitié avec Pierre, son ami d'enfance, et l'amour pour Angie sauront-ils résister à la relation passionnelle entre Sid et son téléphone ?

Mon opinion 

Une sympathique comédie française,  sans vulgarité (ce qui est rare) même si les ados parlent comme des ados et s'habillent comme n'oseraient pas s'habiller ceux que nous connaissons. Mais c'est drôle, joyeux, plein d'humour et de trouvailles loufoques, avec pas mal de clins d’œil au cinéma, en particulier au cinéma d'horreur où les ados adorent se faire peur. On passe un bon moment et on rit bien. Les problèmes de la jeunesse : la défonce, la course à la mode et à la marque, la compétition pour "frimer" avec le dernier portable en vogue sont bien vus, les problèmes des couples séparés, des familles recomposées, les difficultés financières et l'ennui des études sont là, sous-jacents sous la comédie omni-présente. La musique hard métal d'un groupe français de St. Etienne, les Elderberries, alternée avec de beaux moments classiques (un hommage aux Choristes ?) colle avec l'énergie du film. Les jeunes comédiens (Jean-Baptiste Maunier, dans le rôle de Sid, toujours excellent, mais aussi Jennifer Decker - Angie - une découverte! ainsi que Vladimir Consigny, en puant gosse de riches) et les moins jeunes (Bruno Salomone, etc.) sont excellents, parfaitement à l'aise et débordants d'énergie.


Ce n'est pas un film qui laissera un souvenir impérissable mais c'est un bon film où l'on passe un bon moment et où l'on s'éclate. 

Ma note : 3/5

Existe en DVD.

dimanche 16 juin 2013

FURIA d'Alexandre AJA (FR-1999)

[Critique initialement publiée le 15/7/2009]


Film dystopique français d'Alexandre Aja avec Stanislas Merhar et Marion Cotillard (1999)

Synopsis

Tiré de la nouvelle "Graffiti" de Julio Cortazar, le film se déroule dans une dictature non précisée mais, hélas, les exemples ne manquent pas... Dans ce monde totalitaire, il est interdit de créer, particulièrement de dessiner ou de peindre sur les murs. Ceux qui le font sont sont pourchassés, arrêtés, torturés. Dans l'esprit de La peste, ou d'Equilibrium

Marion Cotillard est touchante de faiblesse et de force, Pierre Vaneck royal, et Stanislas Merhar remarquable dans le rôle d'un gamin révolté et blessé qui ira jusqu'au bout de ses rêves et de ses engagements. Les paysages sont beaux eux-aussi (j'ai pensé à Essaouira - le film a bien été tourné dans le sud marocain).

Un coup de chapeau au dessinateur pour ses magnifiques fresques (Edgar Saillen) et à la musique, de Brian May, guitariste de Queen.

Des scènes de torture, toutefois, qui n'apportent rien au film et qui auraient pu être évitées.

Mon jugement     

Ce film, le premier long métrage du réalisateur, est, à mon avis, une réussite, même s'il pèche par quelques défauts et mériterait d'être mieux connu. Il est vrai qu'en France, la science-fiction n'a pas bonne presse, on préfère le nombrilisme et les prises de tête... Si les dystopies et la violence ne vous font pas peur, je vous conseille ce film peu connu qui, à mon avis, est à voir.

Mon classement : 3,5/5 (Attention : scènes de violence)

Ce film existe en DVD

ODYSSEUS (Série TV Française-2013)



Odysseus est une série télévisée franco-italo-portugaise réalisée pour Arte par Stéphane Giusti, sur un scénario de  Frédéric Azémar. 

Synopsis

La série reprend l'histoire au chant XIII : Télémaque est revenu de chez Ménélas et Nestor chez qui il s'était rendu sur les conseils de la déesse Athéna pour tenter d'avoir des nouvelles sur la disparition de son père après la fin de la guerre de Troie, terminée depuis dix ans. 

A Ithaque, son trône est vacant : le royaume est malmené par les princes d'Ithaque qui, sous prétexte de protéger la reine Pénélope voudraient l'épouser afin de s'accaparer les richesses du royaume. Si Télémaque a fui c'est que, trop jeune pour défendre seul le trône de son père, il se sentait menacé dans sa vie par les princes qui passent leur temps à le malmener, à festoyer dans son palais en en pillant les réserves et en en violant les servantes.

Mais, bien que Ménélas et Nestor l'aient bien accueilli et couvert de présents, il retrouve Ithaque dans le même état que lorsqu'il est parti, les prétendants se faisant chaque jour plus menaçants vis à vis du jeune prince, plus arrogants dans le palais et plus pressants vis-à-vis de la reine qui, comme subterfuge pour retarder sa promesse d'en épouser l'un ou l'autre, défait chaque nuit le travail qu'elle a fait le jour sur le linceul de Laërte, son beau-père : en effet, lorsque le travail de tissage sera terminé, elle s'est engagée à épouser l'un des prétendants. 

Mon opinion sur cette série

Comme avec tous les grands classiques, on a l'impression de toujours tout connaître de l'histoire de l'Odyssée. Or, d'après les annonces que j'en avais lues, cette série avait l'ambition de "dépoussiérer" le texte antique en s'attachant à combler les zones d'ombres du texte d'Homère. Le scénario étant signé Frédéric Azémar, scénariste de l'excellente série "Un village français", je m'attendais à mieux.

Hélas, entre longueurs, invraisemblables anachronismes et erreurs grossières, dialogues ineptes (alors que les dialogues originaux sont d'une incroyable modernité !) j'ai eu du mal à rester devant mon poste jusqu'au bout de la diffusion des premiers épisodes, jeudi 13 juin 2013.

Malgré le casting des principaux protagonistes (le sympathique Niels Schneider en Télémaque, la très belle Caterina Murino en Pénélope), les seconds rôles sont interchangeables et on a du mal à s'y reconnaître entre les "prétendants", les alliés et les adversaires, tous aussi mal dégrossis les uns que les autres, du jeune prince.

J'accepte volontiers qu'on prenne des libertés avec un texte vieux de plusieurs millénaires et qu'on veuille le moderniser lorsque cela s'impose et jouer avec les "zones d'ombre" lorsqu'il y en a. Il est un fait que la civilisation mycénienne nous est obscure sur bien des points. Pourquoi pas, alors, remplacer ces incertitudes par des idées modernes.  Mais il y a certaines choses que l'on sait et qui sont parfaitement claires dans le texte d'Homère. Alors pourquoi improviser ou inventer de toutes pièces des détails qui se veulent pittoresques et ne sont que des erreurs historiques ou des hypothèses hasardeuses?

A part le casting des personnages principaux, les décors, inspirés de la civilisation mycénienne, sont le seul élément avec lequel on peut être d'accord. Quant au reste... Il est peu vraisemblable que la pudique Pénélope ait été, ainsi que ses servantes, habillée de manière aussi provocante alors qu'elle était confrontée à des prétendants avinés et avides de la mettre dans leur lit : Homère la décrit tirant un voile sur son visage avant de paraître en public. Quant à Télémaque, on a du mal à croire qu'à 20 ans passés, dans un monde ainsi dominé par la guerre et la violence, il ne soit pas un guerrier accompli et se laisse ainsi tyranniser par les prétendants. Il démontrera d'ailleurs qu'il a un caractère combatif et bien trempé lorsqu'il aidera son père, après son retour, à annihiler les prétendants. Pourquoi alors en avoir fait un être aussi veule ? C'est mal connaître l'époque : s'il laissait ainsi faire les prétendants, c'est que, tant qu'on n'était pas sûr de la mort d'Ulysse, il n'était pas le maître et n'avait aucun pouvoir, pas même celui d'affréter un bateau pour  se rendre à Sparte. Bien entendu, on a aussi droit aux relations homosexuelles entre hommes. On sait qu'elles faisaient partie intégrante de la civilisation grecque mais rien n'autorise l'auteur, dans le texte d'Homère, à donner à Léocrite un amant.

Quant à la mise en scène, du moins dans cette première partie, on est vite lassé de la répétition des festins des prétendants, des scènes d'entrainement, des bagarres, etc. 

Pari complètement raté pour Arte, donc. Et je le regrette car on aurait bien eu besoin d'une fiction bien faite, renouvelant le genre, pour nous racheter de l'absurde Troie de Wolfgang Petersen (2004) où Brad Pitt s'est ridiculisé avec son invraisemblable jupette, ou du à peine moins raté Alexandre d'Oliver Stone (lui aussi sorti en 2004).   

Attendons cependant l'arrivée d'Ulysse, dans les prochains épisodes diffusés cette semaine, pour nous faire une opinion définitive sur cette série qui, pour l'instant, relève plutôt du mauvais péplum que de la série historique sérieuse. 

Distribution

·         Alessio Boni : Ulysse
·         Caterina Murino : Pénélope
·         Niels Schneider : Télémaque
·         Bruno Todeschini : Léocrite
·         Joseph Malerba : Mentor
·        Augustin Legrand : Antinoos
·        Carlo Brandt : Laërte
-    etc.

Mon classement : 2/5 (médiocre)         

samedi 8 juin 2013

DECEMBER BOYS (Film australien de Rod Hardy - 2007)



December Boys est un film dramatique australien réalisé par Rod Hardy et est sorti en 2007. Le film est une adaptation du roman « December boys » de l'irlandais et homme politique Michael Noonan
Synopsis
L’histoire se déroule dans les années 1960 dans le nord de l’Australie. Quatre orphelins, Maps, Misty, Sparks et Spit,  surnommés « les garçons de décembre » car ils sont tous nés en décembre, vivent dans un orphelinat tenu par des religieuses catholiques. Un bienfaiteur de l'orphelinat vient de décéder en faisant don d’une somme destinée à l'orphelinat. Les religieuses décident d’en faire profiter les « enfants de décembre » dont c’est l’anniversaire (nous sommes justement en décembre) en leur offrant des vacances à la mer, dans un village sur la côte du Sud de l'Australie.
Là, dans un village de quelques maisons au bord d’une crique paradisiaque, ils séjournent chez un vieux marin et sa femme, des gens très simples et attentionnés qui les accueillent comme ils le feraient pour leurs petits-enfants. Un jeune couple vit aussi dans ce coin perdu : Teresa et Fearless. Le couple est sans enfant et ils en  désirent un, mais  ne peuvent pas en avoir. Un jour, Misty surprend une conversation entre Fearless et un ami, où le premier dit au second qu'il songe à adopter un des quatre orphelins en vacances. Débute alors une cruelle lutte entre les garçons pour savoir qui d'entre eux sera le favori du couple, et sera donc adopté.
  
Mon opinion sur ce film

C'est un très beau film, émouvant et chaleureux, un de ces films qui rendent heureux et qu'on aurait vraiment tort de ne pas voir. Le seul bémol est la fin : le retour des "December boys" devenus âgés qui retournent dans cet endroit où ils ont passé les plus beaux jours de leur vie : ce moment de nostalgie est hélas raté et n'apporte rien au film. Mais c'est secondaire. Si vous pouvez voir ce film, ne vous privez pas.
La musique, en particulier celle du générique de fin, écrite et interprétée par Peter Cincotti, est aussi magnifique.
Ce film n’est malheureusement jamais sorti en France alors que le rôle  principal  est interprété par Daniel Radcliffe. En outre, le film n’est sorti en DVD que dans sa version anglaise.
Je ne comprends toujours pas pourquoi certains films ne sont pas distribués en France. Le DVD en anglais (non sous-titré en français - ce qui ne me gêne pas mais peut en gêner d'autres, d'autant plus qu'il est sous-titré en arabe, hébreu et... islandais. Je n'ai rien contre les Islandais et ils ont le droit d'avoir des sous-titres mais je constate que la langue islandaise n'est parlée que par 350 000 personnes dans le monde (!!!) alors que le français, lui, est parlé par 200 millions de personnes. 
Mon classement : 4/5

Le DVD n’est disponible qu’en anglais non sous-titré.

VAMPIRE DIARIES (Série fantastique américaine) 2009-2013


Vampire Diaries (Journal d’un vampire) est une série télévisée dramatico-fantastique américaine créée par Julie Plec et Kevin Williamson, inspirée librement des romans Journal d'un vampire de L. J. Smith.,
En France, la série a d’abord été diffusée depuis l’été 2010 sur Canal+ Family, puis, en 2011 sur TF1 et maintenant sur la TNT mais sans respecter l’ordre des épisodes, ce qui fait qu’il vaut mieux, si l’on veut y comprendre quelque chose, acheter la série en DVD (3 saisons sorties à ce jour). Une 4ème saison est en cours.

Synopsis

Les principaux protagonistes sont Elena Gilbert [pron. gilbər] (Nina Gobrev), son frère cadet Jérémy (Steven R. MacQueen), leurs camarades lycéens (Bonnie Bennett, Caroline Forbes, Tyler Lockwood et Matt Donovan et deux vampires, les frères Stefan et Damon Salvatore.

Lorsque la série débute, Elena, 17 ans et Jérémy, 15 ans, ont perdu leurs parents il y a quatre mois dans un accident de voiture auquel Elena a miraculeusement survécu. Ils vivent avec leur jeune tante, Jenna Sommers (Sara Canning).

L’action se passe dans la petite ville fictive de Mystic Falls en Virginie. A priori, la ville est sans histoire. Elle est régentée d’une main de fer par les Lockwood, riches propriétaires fonciers, politiquement conservateurs, qui organisent toutes les activités, le shérif Elizabeth Forbes (Marguerite McIntyre) et dispose d’un lycée avec sa classique équipe de football dont les meneurs sont Tyler Lockwood et Matt Donovan.
Elena est une jeune fille appréciée de tous, bonne élève et très mûre pour son âge qui veille sur son jeune frère qui, depuis la mort de ses parents, est en échec scolaire, se drogue et deale, en particulier auprès de sa copine Vicki Donovan, la sœur de Matt.

Tout va bien jusqu’à l’arrivée en ville de deux frères, qui reviennent après une longue absence, vivre dans leur imposant manoir situé en dehors de la ville, les frères Salvatore. Stefan (Paul Wesley), le plus jeune des deux, est en âge d’aller au lycée où il intègre la classe d’Elena. Stefan est réservé, il a des connaissances étendues… Dès le premier regard, Elena tombe amoureuse de lui et lui d’elle.

Son frère Damon (Ian Somerhalder) est très différent. Trop âgé pour aller au lycée, son attitude cynique et son comportement inquiétant en font un redoutable compagnon. Et pour cause ! Les deux Salvatore sont des vampires revenus depuis peu à Mystic Falls dans un but mystérieux. Mais, alors que Stefan a tout fait pour se déshabituer du sang humain et ne plus tuer, Damon n’a pas choisi cette option et, sous des dehors très policés, il reste un dangereux prédateur.

Elena trouve du réconfort en confiant les évènements qu'elle vit à son journal intime et peut compter sur ses deux meilleures amies, Bonnie Bennett (Katerina Graham) et Caroline Forbes (Candice Accola), la fille du shérif.

Mon opinion sur cette série

Pas entièrement convaincu par les épisodes que je voyais à la télévision mais intrigué par l’histoire, j’ai fini par prendre goût aux aventures de ces adolescents pris dans l’engrenage de malédictions qui remontent aux origines de la ville. En effet, elle a été marquée par le surnaturel dès sa création, au XVIIe siècle, et un drame commun lie, depuis toujours, les familles fondatrices, que l’on retrouve de nos jours : les Benett, Fells, Forbes,  Lockwood, Gilbert et les Salvatore.

Je suis devenu accro, non au sang (je vous rassure, j’ai toujours détesté ça), mais au complexes relations qui se nouent et se dénouent entre les héros. L’univers de la série rappelle beaucoup, en plus sérieux et en plus sombre, les défuntes séries « Buffy contre les vampires » et son spin-off plus adulte, « Angel », dont j’ai en son temps, été assez fan. La production ne lésine pas sur la qualité des décors, des costumes, des effets spéciaux. La bande son, comme presque toujours dans les séries américaines, est elle aussi recherché. Le scénario, complexe, fait d’un grand nombre de flash-backs, demande de l’attention, les situations sombres s’appuient sur des dialogues non dénués  d’humour. Cet ensemble fait de Vampire diaries une excellente  série fantastique pour les amateurs du genre.

Ma note : 4 ,5/5

DVD disponibles : saison 1-2-3 (saison 4 à paraître).

jeudi 6 juin 2013

Keanu REEVES (Acteur canadien)


Keanu Charles Reeves est un acteur canadien né le 2 septembre 1964

Il accède à la célébrité avec Point Break, à la reconnaissance avec Speed et devient une star mondiale pour son rôle de Néo dans Matrix. Parallèlement à sa carrière d'acteur, il fut bassiste dans le groupe grunge Dogstar de 1991 à 2002, et plus récemment dans le groupe Becky.
Dans l'émission Entertainment Tonight en 2006, Keanu Reeves a été inclus dans le « Top 10 des stars préférées des Américains ». Le 31 janvier 2005, il a reçu une étoile sur le Walk of Fame à Hollywood.

Biographie

Keanu Reeves est né à Beyrouth, au Liban, le 2 septembre 1964, d’une mère anglaise Patricia Taylor et d'un père, un américain d'origines hawaïenne et chinoise. Sa mère travaillait à Beyrouth quand elle rencontra son père qui a abandonné sa famille quand Keanu avait trois ans. Depuis, Keanu n’a plus eu de contacts avec son père biologique. Keanu [se prononce ki-: a-nu] est un mot hawaïen qui signifie « brise fraîche au-dessus des montagnes ». Quand Keanu est arrivé à Hollywood, son agent a pensé que son prénom était trop exotique, ainsi pendant les débuts de sa carrière il a parfois été crédité comme K.C. Reeves.
Keanu Reeves a une sœur biologique appelée Kim (née en 1966 en Australie) qui a été atteinte de leucémie au début des années 1990. De plus, du côté de sa mère, il a une demi-sœur appelée Karina Miller (né en 1976 à Toronto) et du côté de son père une autre demi-sœur appelée Emma Rose Reeves (née en 1980 à Hawaï).

Keanu Reeves a eu une enfance instable marquée par de nombreux déménagements et a connu une succession de beaux-pères. Ses parents ont divorcé en 1966. Sa mère est devenue créatrice de costumes. La famille a alors déménagé en Australie, puis à New York. Là elle a rencontré et a épousé Paul Aaron, un réalisateur de Broadway et de Hollywood. Le couple a déménagé à Toronto mais a divorcé en 1971. La mère de Keanu a alors épousé Robert Miller, un promoteur de rock, en 1976, mais le couple a de nouveau divorcé en 1980. Son quatrième mari, Jack Bond, était coiffeur. Ce dernier mariage s'est terminé en 1994.
Keanu grandit principalement à Toronto. En moins de cinq ans, il a étudié dans quatre écoles secondaires différentes, y compris l'école d'arts d'Etobicoke, de laquelle il a plus tard été expulsé. Keanu brillait plus dans le hockey sur glace que dans les études, car il était dyslexique. Il tenait le poste de gardien de but. Son équipe l'a surnommé « le mur » et l'a élu meilleur joueur. Keanu affirme qu'il rêvait de devenir un joueur olympique défendant les couleurs du Canada. N'arrivant pas à obtenir son diplôme de fin d'étude, il abandonna l'école secondaire.

Carrière

Keanu commence sa carrière d'acteur à l'âge de neuf ans. Il apparaît dans la production Damn Yankees. À quinze ans, il joue Mercutio dans Roméo et Juliette  au théâtre de Leah Posluns. Il fait ses débuts à l'écran dans une série comique sur la CBC, Hangin'in. Au début des années 1980, il apparaît dans des publicités (dont une pour Coca-Cola), des courts-métrages comprenant un drame sur NFB One Step Away, Il connaît  son premier succès dans le film Wolf Boy mais son premier film notable est Youngblood, un film tourné au Canada où il incarne un joueur de hockey sur glace au côté de Patrick Swayze et de Rob Lowe. Peu de temps après la sortie du film, il décide de quitter Toronto pour Los Angeles.

Après quelques rôles mineurs, un rôle plus important se présente pour lui en 1986 dans River's Edge. Après le succès du film, Keanu apparait dans un certain nombre de films pour adolescents, comme Permanent Record et la comédie à succès de 1989, Bill & Ted's Excellent Adventure, et sa suite en 1991, Les Aventures de Bill et Ted. Ce rôle a beaucoup marqué Keanu. Il a indiqué : « j'avais l'habitude d'avoir des cauchemars dans lesquels on mettait Ted [il a joué Ted] sur ma pierre tombale ». Il s'illustre dans la même période dans une adaptation des Liaisons dangereuses de Stephen Frears.
Au début des années 1990, Keanu commence à sortir de sa période de films pour adolescents. Il apparaît dans des films d'action comme Point Break. Devenu une valeur sûre d'Hollywood, Keanu Reeves tente d'échapper à l'image de jeune premier, sex-symbol, qui lui colle à la peau, et d'acquérir la reconnaissance de ses pairs en tournant sous la direction de réalisateurs renommés : Gus Van Sant dans My Own Private Idaho (où il incarne un jeune débauché aux côtés de son meilleur ami River Phoenix), Francis Ford Coppola Dracula (où il est le seul à tirer son épingle du jeu de cette farce grotesque), Kenneth Branagh dans Beaucoup de bruit pour rien ou encore Bernardo Bertolucci dans Little Buddha.

En 1994, il partage l'affiche de Speed avec Sandra Bullock qui lui apporte une reconnaissance internationale. Ce succès est suivi de quelques échecs commerciaux : la romance Les Vendanges de feu, ou encore, le thriller d'action Poursuite d'Andrew Davis. Malgré tout, Keanu Reeves refuse dix millions de dollars pour jouer dans Speed 2 : Cap sur le danger et préfère être le partenaire d'Al Pacino dans L'Associé du diable, un thriller pas très réussi de Taylor Hackford qui revisite la légende de Faust. Il refusera également le rôle principal dans Heat de Michael Mann pour jouer Hamlet dans une petite production au Canada.

Le révolutionnaire Matrix des frères Wachowski donne un nouveau souffle à sa carrière. Ce chef-d'œuvre d'effets spéciaux est l'un des plus gros succès mondiaux de l'année 1999. Suivront deux autres épisodes, Matrix Reloaded et Matrix Revolutions (2003), dans lesquels il reprendra le rôle de Neo, le héros du film.

À partir de 2000, Keanu Reeves décide de jouer les mauvais garçons en interprétant un tueur en série dans The Watcher de Joe Charbanic, ainsi qu'un mari violent dans Intuitions de Sam Raimi. Il incarne ensuite en 2001 l'entraîneur d'une jeune équipe de baseball dans Hardball. Avec Constantine, l'acteur joue cette fois un exorciste fumeur et dépressif.

Il joue en 2006 dans A Scanner Darkly qui reçoit de bonnes critiques. Il retrouve Sandra Bullock en 2006 dans la romance Entre deux rives d'Alejandro Agresti.

En 2008, il interprète les personnages de Tom Ludlow dans Au bout de la nuit et de l’extra-terrestre Klaatu dans le remake de Le Jour où la Terre s'arrêta. En février 2009, The Private Life of Pippa Lee.

Vie privée

Pendant presque une décennie, Keanu Reeves a vécu dans des maisons louées et des hôtels, et il fut un résident du fameux château Marmont, décor du film Somewhere de Sofia Coppola. Il a acheté sa première maison dans les collines d'Hollywood de Los Angeles seulement en 2003, et il est également propriétaire d’un appartement près de Central Park West à New York.

Bien que né au Liban, Keanu Reeves n'est pas un citoyen libanais mais de nationalité canadienne et il possède également la citoyenneté américaine et britannique par ses parents.

Keanu Reeves se considère comme non-religieux mais s'intéresse malgré tout au bouddhisme.

Keanu Reeves n'a jamais été marié. Il a vécu plusieurs années avec  Jennifer Syme qui s’est tuée dans un accident de voiture en 2001. Son meilleur ami était River Phoenix, mort d'une overdose en 1993.

Filmographie sélective (Cinéma)

  • 1986 : Youngblood, de Peter Markle : Heaver Lempelius
  • 1988 : Les Liaisons dangereuses (Dangerous Liaisons), de Stephen Frears : Le chevalier Danceny
  • 1991 : Point Break, extrême limite, de Kathryn Bigelow: Johnny Utah
  • 1991 : My Own Private Idaho, de Gus Van Sant : Scott Faver
  • 1992 : Dracula, de Francis Ford Coppola : Jonathan Harker
  • 1993 : Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing), de Kenneth Branagh : Don Juan
  • 1993 : Little Buddha, de Bernardo Bertolucci : Siddhartha
  • 1994 : Speed, de Jan de Bont : Jack Traven
  • 1995 : Johnny Mnemonic, de Robert Longo : Johnny Smith
  • 1995 : Les Vendanges de feu (A Walk in the Clouds), d'Alfonso Arau : Paul Sutton
  • 1997 : L'Associé du diable (The Devil's Advocate), de Taylor Hackford : Kevin Lomax
  • 1999 : Matrix (The Matrix), des frères Wachowski : Neo/Thomas A. Anderson
  • 2001 : Sweet November, de Pat O'Connor : Nelson Moss
  • 2002 : Matrix Reloaded (The Matrix Reloaded), des frères Wachowski : Neo
  • 2003 : Matrix Revolutions (The Matrix Revolutions), des frères Wachowski : Neo
  • 2005 : Constantine, de Francis Lawrence : John Constantine
  • 2006 : Entre deux rives (The Lake House), d’Alejandro Agresti : Alex Wyler
  • 2008 : Le Jour où la Terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still) : Klaatu
Récompenses


  • 1991 : MTV Movie Awards du meilleur acteur dans Point Break)
  • 1995 : MTV Movie Awards du meilleur duo (Sandra Bullock dans Speed)

SWEET NOVEMBER (Film US 2001)

Sweet november


Sweet November est un film romantique américain réalisé par Pat O'Connor sorti en 2001. Ce film est le remake du film homonyme de 1968. Il a été originellement écrit par Herman Raucher.

Synopsis

Nelson Moss (Keanu Reeves) est un publicitaire ambitieux, obsédé par le travail pour lequel seule importe sa carrière ; il considère tous ceux qui l'entourent comme des marchepieds destinés à l'aider à atteindre ses objectifs. Il n'a pas de temps à consacrer à ses amis ou à ses collègues. Lors de l'examen pour repasser son permis de conduire qui lui a été retiré, il fait la connaissance d'une jeune femme un peu baba-cool, Sara Deever (Charlize Theron). Sara est son opposé : joviale, cool, un peu "fofolle". Elle décide qu'il vaut mieux que ce qu'il a choisi d'être et se fixe un mois pour en faire quelqu'un de bien. Lors d'une réunion catastrophique avec un gros client de son agence qui n'a pas aimé son projet et a choisi la concurrence, Nelson sort de ses gonds et se comporte avec le client comme un malotru. A la suite de cela, son patron le vire. Il se retrouve sans emploi et sans copine. Sara l'invite Nelson à venir habiter avec elle. Dans un premier temps, Nelson refuse mais elle le convainc de tenter l'aventure. Avec elle, il apprécie la simplicité de la vie, la gentillesse sans contrepartie, l'amitié véritable et il se met à aimer Sara. Mais elle est malade, en phase terminale d'un cancer et doit le quitter. Le mois qu'il aura vécu avec elle aura profondément changé sa vie et sa façon de voir le monde. 

Mon opinion 

Une bonne comédie romantique qui se laisse regarder et ne prend pas la tête. Charlize Theron (toujours aussi craquante) et Keanu Reeves forment un couple magnifique. 

Ma note : 3,5/5

Le film existe en DVD