jeudi 23 février 2017

RICHARD MADDEN (Acteur écossais)



Richard Madden est un acteur écossais né le 18 juin 1986 à Elderslie dans le Renfrewshire (Écosse). Il est principalement connu pour son rôle de Robb Stark dans Game of Thrones.

Biographie

Richard Madden a grandi dans le Renfrewshire à Elderslie. Son père est pompier et sa mère assistante des écoles. À l'âge de 11 ans, il rejoint le Paisley Arts Centre's Youth Theatre Programme pour l'aider à vaincre sa timidité.

Il est choisi en 1999 pour interpréter le rôle de Sebastian dans la série télévisée Barmy Aunt Boomerang, puis joue en 2000 le jeune Andy dans le film Complicity. En 2007, Richard est diplômé de la Royal Scottish Academy of Music and Drama.

Il a ensuite tenu le rôle de Dean McKenzie en 2009 dans la série Hope Springs, suivi par le rôle de Ripley dans Chatroom en 2010. Il est plus récemment connu pour avoir interprété Robb Stark dans la série Game of Thrones, de 2011 à 2013.

En 2013, Richard présente hors compétition le film Une promesse de Patrice Leconte lors du 70e Festival de Venise, avec Rebecca Hall et Alan Rickman.

En 2014, il interprète Bill Haskell, l'un des rôles principaux de la série Klondike, diffusée sur Discovery Channel aux États-Unis et sur OCS Choc en France.

En 2015, il figure dans la distribution de la nouvelle version de Cendrillon réalisée par Kenneth Branagh, aux côtés de Cate Blanchett, Helena Bonham Carter et Lily James et joue dans le film télévisé Lady Chatterley's Lover.

En 2016, il joue dans le film Bastille Day avec Charlotte Le Bon et Idris Elba.

Depuis 2016 il interprète Cosme de Médicis, personnage principal de la série Les Médicis : Maîtres de Florence aux côtés de Dustin Hoffman.

Filmographie

Cinéma

  • 2000 : Complicity de Gavin Millar : Andy jeune
  • 2010 : Chatroom de Hideo Nakata : Ripley
  • 2013 : Une promesse de Patrice Leconte : Friederich Zeitz
  • 2015 : Cendrillon de Kenneth Branagh : Kit, le Prince Charmant
  • 2016 : Bastille Day de James Watkins : Michael Mason


Courts métrages

  • 2011 : Strays de Robert McKillop : Elliot


Séries télévisées

  • 1999 - 2000 : Barmy Aunt Boomerang : Sebastian Simpkins
  • 2002 : Taggart : Christie
  • 2009 : Hope Springs : Dean McKenzie
  • 2011 : Sirens : Ashley Greenwick
  • 2011 - 2013 : Game of Thrones : Robb Stark
  • 2012 : Birdsong : Capitaine Michael Weir
  • 2014 : Klondike : Bill Haskell
  • 2016 : Les Medicis : Maîtres de Florence : Côme de Medicis « l'Ancien » (Cosimo de' Medici)


Téléfilms

  • 2010 : Karma Caméléon de Julian Jarrold : Kirk Brandon
  • 2015 : Lady Chatterley's Lover de Jed Mercurio : Oliver Mellors


Théâtre

  • 2006 : Tom Fool : Ludwig Meier
  • 2007 : Romeo et Juliet : Romeo
  • 2008 : Noughts and Crosses : Callum McGregor
  • 2009 : Be Near Me : Mark McNulty


dimanche 19 février 2017

JACK LE CHASSEUR DE GEANTS de Bryan Singer (USA-2013)


Jack le chasseur de géants (Jack the Giant Slayer) est un film d'aventure fantastique américain réalisé par Bryan Singer, sorti en 2013. Le film s’inspire librement de deux contes populaires anglais Jack le tueur de géants et Jack et le Haricot magique. Le film a été partiellement tourné dans la Forêt de Dean en Angleterre pour restituer l'aspect surprenant de la végétation. Film en 3D. 

Résumé

L’action se déroule au Moyen-âge, dans un royaume imaginaire nommé Cloister. Jack (Nicholas Hoult),  un jeune fermier, est fasciné par la légende d’Eric, un ancien roi qui a vaincu avec une couronne magique une armée de géants vivant dans un royaume situé dans le ciel. Au même moment, dans son château, la princesse Isabelle, fille du roi Brahmwell, découvre la même légende.

Dix ans plus tard, Jack va au marché vendre son cheval pour aider son oncle à garder sa ferme[1]. Là, il rencontre Isabelle, la défend contre des voyous et tombe immédiatement amoureux d’elle. Pendant ce temps, le prétendant officiel de la princesse Isabelle, Lord Roderick, conserve par devers lui les haricots et la couronne magiques qu’il a volés dans la tombe d’Eric. Pendant son absence, un moine lui dérobe les haricots magiques qu’il échange à Jack contre son cheval. 

Décidée à refuser le mariage que l’on veut lui imposer, la princesse s’enfuit du château et, surprise par l’orage, elle trouve refuge dans la maison de Jack. Comme le toit de la chaumière est plein de gouttières, l’un des haricots est mouillé et se transforme en une tige géante qui entraîne la maison dans le ciel avec Isabelle à l’intérieur. Jack essaie de lui porter secours mais il tombe.

Jack, Roderick et Wicke, son serviteur, accompagnés d’autres officiers, parmi lesquels Elmont, le capitaine des gardes royaux (Ewan McGregor), et Crawe, fidèles au roi, se portent volontaires pour conduire une opération de secours et commencent à escalader la tige. Au cours de l’escalade, Roderick et Wicke coupent les cordes qui assuraient la sécurité de plusieurs des chevaliers qui les accompagnaient, précipitant ceux-ci au sol et à leur mort.

A l’extrémité de la tige, ils découvrent le royaume des géants et décident de former deux groupes : Jack fera équipe avec Elmont et Crawe, l’autre groupe sera formé par Roderick et Wicke. Avant cela, Roderick a réussi à voler plusieurs haricots à Jack et ce dernier n’en a gardé qu’un.

A part Jack et Roderick, les sauveteurs sont tous faits prisonniers et enfermés dans la forteresse des géants où se trouve Isabelle, prisonnière elle aussi. Roderick, qui a gardé la couronne, se prépare à l’utiliser pour prendre la direction de l’armée des géants et envahir le royaume du roi Brahmwell. Jack réussit à libérer Isabelle et Elmont, que l’un des géants s’apprêtait à dévorer. Ils s’enfuient vers la tige de haricot qu’un des géants gardait et Jack parvient à le précipiter dans le monde inférieur. Découvrant son cadavre, le roi rassemble ses troupes pour se préparer à une invasion des géants.

En utilisant la tige de haricot, Jack et Isabelle redescendent vers le royaume de Cloister pendant qu’Elmont affronte Roderick et le tue. Mais Falon, le roi des géants, s’empare de la couronne magique et des haricots encore en possession du traître.

Néanmoins, Jack, Isabelle et Elmont réussissent à redescendre sur terre et tranchent la tige du haricot pour empêcher les géants d’envahir le royaume. Mais c’était sans compter sur les haricots que possédait encore Roderick et qui sont tombés entre les mains des géants. Ceux-ci leur permettent d’envahir le royaume de Cloister et d’assiéger le château du roi Brahmwell qui, malgré une défense acharnée conduite par Elmont, est prêt à tomber sous les coups des géants lorsque Jack parvient à s’emparer à son tour de la couronne, arrête les combats et renvoie les géants chez eux.

Jack et Isabelle se marient et racontent leur histoire à leurs enfants. Parallèlement, on nous montre qu’au cours des règnes successifs sur le trône d’Angleterre, la couronne magique a été fondue pour devenir la St Edward’s Crown des souverains britanniques conservée désormais à la Tour de Londres.

Mon opinion sur ce film

Je n’avais pas vu ce film lors de sa sortie au cinéma. J’ai profité de sa rediffusion le 16/02/2017 sur la chaîne NT1 pour le revoir. Malgré la présence de Nicholas Hoult et d’Ewan McGregor qui sont deux acteurs que j’admire, ce film est un complet ratage : scénario obscur, saturation d’effets spéciaux en grande partie ratés (les géants en images de synthèse sont parfaitement ridicules), rôles secondaires inexistants. Le seul à tirer son épingle du jeu est Nicholas Hoult, toujours aussi charismatique, qui enfonce par sa prestation remarquable un artiste confirmé, Ewan McGregor qui, il est vrai, n’a pas tourné que dans de bons films. Quant à la princesse Isabelle (Eleanor Tomlinson) on peut difficilement faire plus insipide. Bref, ce film va rejoindre illico ma liste des « navets et autres légumes indigestes ». Les spectateurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés puisque le film a été un échec commercial retentissant avec plus de 90 millions de pertes pour son producteur, Disney.




[1] Dans le conte, Jack, fils unique d’une veuve, va vendre leur seule source de revenus, une vache, car elle ne donne plus de lait. En échange, un mendiant lui remet des haricots prétendus magiques. Lorsqu’il rentre chez lui, sa mère, accablée, le punit pour sa naïveté. 

mardi 14 février 2017

IL A DEJA TES YEUX comédie de Lucien JEAN-BAPTISTE (FR-2017)


Il a déjà tes yeux est une comédie française réalisée par Lucien Jean-Baptiste. Le film est sorti en salles en février 2017.

Résumé

Paul (Lucien Jean-Baptiste) et Salimata ‘Sali’ Aloka (Aïssa Maïga) ont fait une demande d’adoption. Après une longue attente, ils sont aux anges lorsqu'on les convoque enfin à l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) pour leur proposer d’adopter Benjamin, âgé de 4 mois. Bien que tous les deux soient Noirs et que l'enfant soit un adorable bébé blanc aux yeux bleus, ils acceptent. L’assistante sociale chargée de leur dossier, Claire Mallet (Zabou Breitman), n'est pas enthousiaste pour ce type d'adoption mais son chef, Monsieur Vidal (Michel Jonasz) lui rétorque qu’il ne voit pas où est le problème puisqu’il est admis depuis longtemps que des couples Blancs adoptent des enfants Noirs et qu'il serait temps que des Noirs adoptent un enfant Blanc. 

Mais c’est sans compter sur toutes les résistances que peut opposer la société aux changements. La principale des résistances vient des parents de Sali qui, bien qu'ils vivent depuis plus de 30 ans en France, restent très attachés à la tradition. Mamita (l'inénarrable Marie-Philomène Nga), la mère de Sali, finit par se laisser convaincre, mais pas son mari, Ousmane (Bass Dhem).

Alors que Mamita garde Benjamin, elle le confie à l'une de ses copines et c'est la catastrophe que l'on attendait pas. La copine qui promenait tranquillement l'enfant, est arrêtée et on la soupçonne pêle-mêle d'avoir enlevé Benjamin et d'être sans papier. Suite à ce quiproquo à la fois dû au racisme et à l'absurdité administrative, Benjamin est retiré à la famille d’adoption. L'assistante sociale qui s'était toujours opposée à l'adoption triomphe. Mais, séparé de sa famille, le bébé ne s'alimente plus et dépérit et il doit être hospitalisé. 

Les parents adoptifs, Mamita, qui est indirectement responsables des événements qui ont déclenché cette situation ubuesque, et leurs amis vont à l’hôpital, très angoissés. Après des menaces du personnel et de la police, tout le monde se rend compte qu'il s'agit d'un malentendu, et Benjamin est rendu à sa nouvelle famille, enfin accepté de tous.

Mon opinion

Certes le film est une comédie mais il pose de vrais problèmes, en premier celui du véritable parcours du combattant que rencontrent des parents désireux d’adopter, celui de l’absurdité du système administratif mais aussi celui du racisme qui n’est pas que l’apanage des Blancs envers les Noirs puisqu’ici, les évènements dramatiques qui conduisent à l'hospitalisation de Benjamin, viennent en priorité de l’attitude intransigeante d’un policier Noir qui fait du racisme "anti-Noir" ! 

Après Box 27, où elle jouait déjà le rôle d’une assistante sociale, Zabou Breitman se retrouve à nouveau dans ce rôle. Mais autant elle était sympathique bien que maladroite dans le téléfilm précédent, autant elle est antipathique dans celui-ci. On ne sait si elle est tout simplement raciste ou bêtement psychorigide, mais elle incarne à elle seule toute l’étroitesse d’esprit que l’on peut rencontrer chez certains fonctionnaires, en particulier dans un domaine où l'on devrait faire le plus preuve d’empathie . 

Heureusement tout se termine bien mais, pendant un moment, on craint le pire. Ce film pourrait être réussi sans la scène finale de la course-poursuite dans l’hôpital qui aurait pu être évitée. Quant aux acteurs, ils sont parfaits, la plus remarquable étant Marie-Philomène Nga, éblouissante de naturel. Quant aux deux acteurs les plus connus, Zabou Breitman et Vincent Elbaz, ils manquent de finesse.  
Ce film, dont le sujet profond est l’adoption et ses difficultés, m’en a rappelé un autre : 100 %Cachemire de (et avec) Valérie Lemercier qui s’était mise en tête d’adopter un enfant russe de 7 ans comme elle aurait adopté un animal domestique. Evidemment, comme on aurait pu s’en douter, les choses ne se passent pas bien, Mais, si 100 % cachemire était avant tout fait pour faire rire (mais pas que…), Il a déjà tes yeux apporte en outre une touche de tendresse et d’humanité qu’il n’y avait pas dans le film de Valérie Lemercier.   

Dans le même esprit, vous pouvez voir : 

Demain, tout commence (2016)

dimanche 12 février 2017

Brandon ROUTH (Acteur américain)


Brandon James Routh est un acteur américain né le 9 octobre 1979 à Des Moines dans l'Iowa, il a grandi dans la ville voisine de Norwak.

Révélé au grand public mondial en 2006 pour son incarnation de Clark Kent, alias Superman dans le blockbuster Superman Returns, il renoue avec le succès en 2010, à l'occasion du film Scott Pilgrim.
Depuis 2014, il est surtout connu pour prêter ses traits à Ray Palmer, alias The Atom, dans les séries télévisées Arrow, The Flash, puis Legends of Tomorrow.

Révélation et progression discrète (années 2000)

Le jeune acteur débute sa carrière d'acteur en 1999 avec dans séries pour adolescents : d'abord dans un épisode de l'éphémère comédie Merci les Filles ! puis quatre épisodes de la série anthologique Undressed. Entre 2001 et 2005, il passe à des productions plus exposées : les alors fraichement lancées Gilmore Girls puis Cold Case : Affaires classées. En 2004, il apparait dans un épisode de la très populaire sitcom Will & Grace, et d'une éphémère nouveauté, Oliver Beene. Et en 2005, il joue dans le sketch Awesometown.

Cette même année, il est choisi par le réalisateur Bryan Singer pour incarner Superman / Clark Kent / Kal-El dans le blockbuster Superman Returns. Sortie durant l'été 2006, cette suite aux deux premiers opus de la franchise réalisés par Richard Donner place l'acteur sous les projecteurs. Il donne la réplique à la star hollywoodienne Kevin Spacey et à la jeune comédienne Kate Bosworth. Si le film fonctionne commercialement, il divise la critique, et ne rencontre pas le succès annoncé. Alors que les projets de suite s'enlisent progressivement, l'acteur tente de rebondir.

Il revient sur grand écran discrètement en 2008, dans la controversée comédie Zack et Miri tournent un porno, réalisée par Kevin Smith, et portée par le tandem Seth Rogen / Elizabeth Banks ; puis en partageant l'affiche de la comédie thriller Lie to Me, avec des acteurs inconnus du grand public, dont la jeune Courtney Ford.

L'année 2009 est quant à elle marquée par les sorties de plusieurs projets, échouant néanmoins tous à installer l'acteur : la comédie romantique Table for Three, avec les acteurs de séries télévisées Jennifer Morrison, Sophia Bush et Jesse Bradford, passe inaperçue. Le drame choral Life Is Hot in Cracktown et la comédie d'action Stuntmen, menée par un autre acteur de télévision, Marc Blucas, également. La même année, l'acteur joue son propre rôle, comme d'autres stars hollywoodiennes - Sylvester Stallone et Denise Richards - dans un film indien, Kambakkht Ishq.

Retour sur le devant de la scène (2010-2015)

En 2010, il est toujours prolifique : il tient un petit rôle dans le thriller d'action No Limit, porté par Samuel L. Jackson ; Miss Nobody ; fait partie de la distribution principale de la comédie pour adolescents Miss Nobody, avec Leslie Bibb dans le rôle-titre ; joue le rôle-titre de la comédie d'action Dylan Dog, qui échoue à lancer une franchise. Et enfin incarne Todd Ingram, l'un des sept anciens petits amis de la jolie Ramona Flowers, dans l'acclamée adaptation Scott Pilgrim, réalisée par Edgar Wright.

Après l'échec d'un pilote de nouvelle série, la comédie In Security, il rejoint la distribution de la série d'action Chuck, où il incarne le charismatique et mystérieux Daniel Shaw dans 11 épisodes de la troisième saison. La popularité de la série, malgré de faibles audiences, permet à l'acteur de revenir sur le devant de la scène.

En 2012, après avoir mené le drame sportif Crooked Arrows au cinéma, il est choisi pour intégrer la distribution principale de la sitcom Partners. Il y incarne Wyatt, le sexy médecin, mais néanmoins naïf conjoint, de l'un des deux protagonistes masculins. Le programme, qui lui permet aussi de retrouver Sophia Bush, est annulé au bout de 13 épisodes. Il rebondit aussitôt vers une série d'action, lancée début 2013 sur la plateforme Crackle : Chosen. Il y prête ses traits à l'ambitieux et inquiétant Max Gregory dans 4 épisodes. Parallèlement, il garde un pied dans les sitcoms, avec des apparitions dans Enlisted, The Millers et The Exes.

En 2014, il est aussi présent au cinéma pour le mélodrame Missing William, dont il partage l'affiche avec son épouse, Courtney Ford. Il partage également l'affiche du téléfilm romantique de Noel Neuf vies pour Noel avec l'actrice canadienne Kimberley Sustad.

L'année 2015 le ramène au genre : il évolue d'abord dans le thriller de science-fiction de la chaîne Sy-Fy 400 Days, entouré de Dane Cook, Caity Lotz, Ben Feldman et Tom Cavanagh. Et il mène la distribution du thriller de science-fiction Lost in the Pacific, une coproduction internationale avec la Chine. Mais il est surtout choisi pour incarner de nouveau un superhéros, Ray Palmer, alias The Atom dans la troisième saison de la série Arrow, diffusée entre 2014 et 2015, puis le reprend pour un de la fiction dérivée The Flash. Il revient en octobre 2015 dans Arrow, pour deux épisodes de la saison 4, et se prépare à intégrer la distribution principale d'une nouvelle dérivée, Legends of Tomorrow, prévue pour un lancement en septembre 2016. Le programme est un succès, et l'acteur fait ainsi partie de l'épisode évènement cross-over diffusé en novembre 2016, réunissant les héros de ces trois séries avec la nouvelle venue, Supergirl, héroine d'une quatrième série lancée en octobre 2015.

Filmographie

Cinéma
  • 2006 : Denial (court-métrage)
  • 2006 : Karla : Tim Peters
  • 2006 : Superman Returns : Clark Kent/Superman
  • 2008 : Zack et Miri tournent un porno (Zack and Miri Make a Porno) : Bobby Long
  • 2009 : Stuntmen : Kirby Popoff
  • 2009 : Table for Three : Scott Teller
  • 2009 : Life Is Hot in Cracktown : Sizemore
  • 2010 : Miss Nobody : Milo Beeber
  • 2010 : No Limit (Unthinkable) : Agent Jackson
  • 2010 : Dylan Dog (Dylan Dog: Dead on Night) : Dylan Dog
  • 2010 : Scott Pilgrim (Scott Pilgrim vs. the World) : Todd Ingram
  • 2012 : Crooked Arrows : Joe Logan
  • 2014 : Missing William : James Anderson
  • 2015 : Lost in the Pacific : Mike

Séries télévisées
  • 2001 : Gilmore Girls (saison 1 épisode 13)
  • 2003 : Cold Case : Affaires classées : Henry Philips en 1964 (saison 1 épisode 7)
  • 2005 : Awesometown : Officier Dino Wong (TV)
  • 2006 : Batman (Il double L'Homme exponentiel, un ennemi de Batman, dans l'épisode du même nom)
  • 2008 : Fear Itself : Bobby (saison 1)
  • 2009 et 2011 : Chuck : Daniel Shaw (12 épisodes)
  • 2012 : Partners : Wyatt (saison 1)
  • 2014 : Chosen : Max Gregory (saison 2)
  • 2014-2016 : Arrow : Ray Palmer/The Atom
  • 2014 : The Flash : Ray Palmer/The Atom (saison 1)
  • 2016 : Legends of Tomorrow : Ray Palmer/The Atom

Téléfilms
  • 2014 : Neuf Vies pour Noël  : Zachary Stone
  • 2015 : 400 Days : Theo Cooper
Documentaire
  • 2014 : World of Warcraft : Looking For Group : Lui-même

Distinctions

Nominations
  • 2006 : Scream Awards : Breakout Performance pour Superman Returns
  • 2006 : Scream Awards : Meilleur vilain pour Scott Pilgrim
  • 2006 : Teen Choice Awards : Movies - Choice Breakout (Male) pour Superman Returns
  • 2006 : Teen Choice Awards : Movie - Choice Rumble pour Superman Returns
  • 2006 : Teen Choice Awards : Movies - Choice Chemistry pour Superman Returns

Récompenses

  • 2006 : ShoWest Convention, USA : Male Star of Tomorrow
  • 2006 : Scream Awards : Meilleur super-héros pour Superman Returns
  • 2006 : Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films, USA : Rising Star Award
  • 2007 : Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films, USA : Meilleur acteur pour Superman Returns
  • 2007 : Empire Awards, UK : Best Male Newcomer pour Superman Returns
  • 2007 : Saturn Awards : Meilleur Acteur pour Superman Returns
  • 2010 : IGN Summer Movie Awards : Meilleur vilain de télévision pour Chuck


ARROW Saison 3 (USA-2014-2015)


Arrow saison 3 (20 épisodes) Diffusion originale : 2014-2015. DVD disponible en version française depuis décembre 2015. 

A la fin de la 2ème saison, Moira Queen a été assassinée par Slade. Thea, qui a appris de Slade qu’elle était la fille de Malcolm Merlyn (John Barrowman), décide de quitter la ville et abandonne le Verdant. Queen Consolidated, dont la dernière directrice, Isabel Rochev (Summer Glau) a été tuée, n’a plus de PDG. Le manoir des Queen ainsi que tous leurs biens ont été saisis et Oliver (Stephen Amell), ruiné, utilise le sous-sol du Verdant comme QG de son équipe. Roy (Colton Haynes), guéri du Miracuru, est devenu un membre à part entière de la team Arrow. Il a même obtenu un uniforme rouge et un masque de super-héros.

L'Archer est devenu un héros pour les habitants de Starling City. La criminalité au sein de la ville a baissé, la population se sent plus en sécurité et le capitaine Lance a même dissout les forces « anti-Justicier ». Dorénavant, Oliver pense qu'il peut redevenir Oliver Queen, reprendre la direction de son entreprise et envisager d’avoir une vie privée stable. Il propose à Felicity un rendez-vous galant. Mais leur souper en amoureux est interrompu par une attaque d’un nouvel ennemi inconnu et Oliver réalise que la ville a toujours besoin d’Arrow.

Episode 1 (Titre original : The calm ; traduction fse : Retour en force) : Depuis qu'Arrow et son équipe font régner l'ordre sur Starling City, le taux de criminalité est en baisse. Quentin Lance a été promu capitaine. Il profite d'une conférence de presse pour remercier publiquement le justicier pour ses services rendus à la ville. Après la mort d’Isabel Rochev (SummerGlau), à la fin de la saison 2, Oliver tente de redevenir PDG de Queen Consolidated mais un nouveau milliardaire se présente. Il s’agit de Ray Palmer (Brandon Routh, alias Clark Kent dans Superman returns), un nouveau venu à Starling City. Celui-ci veut redonner un nouvel élan à la société ainsi qu'à la ville. Un nouvel ennemi, Werner Zytle, a modifié la formule de la drogue du Comte Vertigo en y ajoutant des champignons hallucinogènes. La drogue révèle à ceux qui en sont victimes l’image de leur plus grande peur. Au cours d'un affrontement avec Zytle, Oliver est touché par une fléchette imbibée de la drogue et se retrouve confronté à sa propre image. Il se demande alors s'il est prêt à redevenir Oliver Queen. Il fait part de ses doutes à Felicity et lui avoue ses sentiments lors d'un dîner au restaurant. Après que Laurel soit venue lui parler, Sara est assassinée de trois flèches dans la poitrine par un mystérieux archer et tombe du toit d'un immeuble. Sa sœur est témoin de la scène et ramène son cadavre au QG d’Arrow.

Par la suite, Ray Palmer change le nom de la société d'Oliver en Palmer technologies. Il embauche Felicity comme directrice adjointe et lui donne un immense bureau. Felicity continue cependant à faire partie de la team Arrow, ce qui n'est pas sans poser toutes sortes de problèmes...

Crossover avec la série Flash

Dans l'épisode 19 "Broken Arrow" (titre français Alliances nécessaires), alors qu'Oliver a été déclaré "ennemi public n°1" par le commandant Lence et les autorités de Starling City et que Roy Harper se soit fait arrêter en avouant être Arrow, un meta-humain venu de Central City tue les gardiens d'une banque en utilisant ses pouvoirs. Les super-héros étant hors-service, c'est Ray Palmer, qui a finalement réussi à mettre au point son scaphandre volant qui, sous le nom d'Atom, arrête le méta-humain et le ramène à Cisco, à Starlab, pour qu'il soit enfermé dans la pipe-line. Dans un des épisodes précédents, il était fait une allusion rapide à Barry Allen.    

Dans l'épisode 23 (dernier de la saison 3) "Je m'appelle Oliver Queen" Flash arrive à Nanda  Parbat où est retenue prisonnière une partie de la "team Arrow" (Diggle, Felicity, Ray Palmer et Laurel, ainsi que Malcolm Merlyn) et les délivre pour leur permettre de rejoindre Starling City. Flash y apparaît plus décontracté que jamais. 

samedi 11 février 2017

NERUDA de Pablo Larraín (Chili-2016)


Neruda est un film chilien réalisé par Pablo Larraín, sorti en 2016. Le film est présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2016.

Résumé

Le film est tout sauf un biopic du grand poète Pablo Neruda (remarquablement interprété par Luis Gnecco). Il se déroule sur une très courte période de sa vie, très exactement entre le moment où il est élu sénateur communiste (1945) et où il contribue à l'élection de Gabriel Gonzalez Videla qui, une fois président de la République, renie tous ses engagements envers ses alliés radicaux, démocrates et communistes et, à instaure la dictature. Dans un premier temps, Neruda, fort de son statut de sénateur, se croit à l’abri des persécutions qui touchent les opposants à Videla mais il doit se décider à quitter le Chili et à s’exiler en Europe. Cela, pour la réalité des événements. 

Mon opinion sur ce film

Dire que ce film m’a déçu est un euphémisme. Le poète est poursuivi par un personnage inventé de toute pièce, un homme médiocre et obstiné portant un nom ridicule, le commissaire Oscar Peluchonneau (Gael García Bernal). 

Dès les premières images, Neruda nous est présenté comme un être veule, adonné aux bordels et aux prostituées, organisant des fêtes décadentes, imbu de lui-même, déclamant ses poèmes sur un ton déclamatoire particulièrement insupportable. Le spectateur ne comprend pas tout de suite qu’on lui présente Neruda vu à travers le regard de Peluchonneau, archétype fantasmatique des détracteurs de Neruda, à la fois révulsés et attirés par cet être complexe, représentant à la fois l'écrivain adulé et le politicien abhorré.

Cela donne un film brouillon, esthétiquement peu réussi : les images - volontairement ou non – sont dans des tons passés qui ne rendent pas grâce, même lors de la traversée de la cordillère des Andes, à la beauté des paysages.

Je rejoins entièrement la critique de Jean-Baptiste Morain des Inrockuptibles, pour qui Neruda est «un biopic fantasmé et foutraque. [...] Nous sommes dans un faux conte à la Borges : Peluchonneau est autant une invention de Neruda (la figure, le fantôme du mal qui le poursuit), que Neruda débauché décrit par Peluchonneau n'est que le fantasme d’un flic idiot et réactionnaire, imbu de sa personne et rêvant d'être celui qui arrêtera l'artiste le plus emblématique de son pays. (…)» Mais je ne souscris pas à sa conclusion, qui semble d’ailleurs assez antinomique avec le début de sa critique, où il dit : « Le pari de Larraín est risqué et oblige parfois les acteurs à en rajouter dans les clichés, notamment García Bernal. Il n’est pas certain que le film se montre toujours à la hauteur de son scénario rusé. Il n’en demeure pas moins iconoclaste, sardonique, vachard, et témoigne d’une réelle originalité dans la forme en miroir de son récit. Le film est iconoclaste, sardonique, vachard, et témoigne d'une réelle originalité dans la forme en miroir de son récit ». Certes le film est iconoclaste… Quant à «  l’originalité en forme de miroir du récit », je ne suis pas assez cinéphile pour en juger, mais je doute que d’autres réalisateurs plus talentueux que Pablo Larrain, n’y aient pas pensé avant lui.  

Le seul élément avec lequel je peux être d’accord, c’est lorsque le réalisateur montre  l’extraordinaire impact qu’a eu la poésie de Neruda sur le peuple chilien, où on le lisait à haute voix dans les ateliers, dans les usines ou dans les champs et la notoriété dont il jouissait, même au fin fond des campagnes. Malheureusement, si le film fait allusion à l'écriture, pendant cette période, à l'un des plus importants poèmes de Neruda, El canto general (Le chant general), oeuvre protéiforme aux fulgurances étourdissantes, le seul poème que l'on entend répéter à satiété sur un ton grandiloquent est un extrait  assez commun de "Vingt poèmes d'amour et une chanson désespérée".

Voyez plutôt :

- Le facteur de Michael Radford (1994), dans lequel Philippe Noiret incarne un Pablo Neruda plus vrai que nature. Le film, tiré d'un livre "Une ardente patience" de l'écrivain chilien Antonio Skàrmeta traite de l'exil de Neruda sur une île au large du Chili,

- Lisez plutôt (de préférence en espagnol, nous ne connaissons aucun bonne traduction française) la flamboyante poésie de Neruda, en particulier sa pièce maîtresse, El Canto General. La poésie est toujours extrêmement difficile à traduire. Celle de Neruda est sans doute l'une des plus difficile à rendre en français. Il faut aussi savoir que le grand musicien grec Mikis Theodorakis a écrit un oratorio où il a mis en musique 13 poèmes du Chant General (sur près de 300). Il en existe de nombreux enregistrements, la plupart réalisés en public (en particulier l'enregistrement du concert public donné en 1975 à Athènes lors du retour d'exil de Theodorakis). Malheureusement, à notre connaissance, aucun de ces enregistrements n'est techniquement satisfaisant.  

vendredi 10 février 2017

HANNAH ARENDT de M. Von Trotta (F-D-2013)


Hannah Arendt est un film biographique franco-allemand réalisé par Margarethe von Trotta, sorti en 2013.

Synopsis

Le film ne traite que d’une courte période de la vie d’Hannah Arendt, intellectuelle d’origine juive, réfugiée aux Etats-Unis en 1941. L’action se déroule à New York en 1961, où Hannah Arendt, après été envoyée à Jerusalem par le New-Yorker pour couvrir le procès du criminel de guerre Adolf Eichman, rend compte de son analyse du procès et ses étudiants. Sa mise en lumière de la collaboration des Judenräte (chefs juifs) avec les nazis lui attirent de vives critiques des milieux intellectuels juifs américains qui vont pousser certains de ses collègues universitaires à lui suggérer de démissionner, ce qu’elle refusera. La position du corps professoral n’est pas partagée par ses étudiants qui, alors qu’on lui avait prédit que ses cours seraient désertés, se pressent au conntraire en masse, emplissant les amphis et écoutant attentivement ses arguments. Mais, malgré la clarté et la réaffirmation des nuances de sa réflexion — elle dit vouloir d'une part tenter de réconcilier la banalité de la personne d'Eichmann et l'ampleur de ses crimes, et d'autre part imaginer l'existence d'une troisième voie possible entre la collaboration et la résistance pour les Judenräte —, l’exigence de sa pensée se heurte à l'incompréhension de beaucoup et entraîne son isolement.

Mon opinion sur ce film

Je viens de voir ce film sur Arte. J’ai essayé par le passé de lire les livres d’Hannah Arendt mais je n’y suis jamais parvenu. Ce film, qui n’est pas un biopic puisqu’il traite d’une très courte période de la vie d’Hannah Arendt, est remarquable en cela qu’il permet de comprendre la complexité de la pensée d’une philosophe à qui l’on doit d’avoir décrit la banalité du mal et le crime contre l’humanité. La prestation "à l'os", sans pathos de Barbara Sukowa, l'actrice allemande qui incarne Hannah Arendt, lui a valu le prix de la Meilleure actrice attribué par le Prix du Cinéma Européen 2013.